Célia, une fine plume expatriée au Sénégal : "N’ayez pas peur de l’inconnu, mais ouvrez-vous à lui !"

Prénom : Célia

Âge : 31 ans

Ton super-pouvoir : toujours retomber sur mes pattes !

Tes passions : lire, écrire, le reggae, les balades en pirogue et en brousse

Ton rêve / objectif de vie : créer ma résidence d’écrivains au Sénégal, continuer d’écrire et de publier mes écrits, parcourir l’Afrique en itinérance.

Comment tu le concrétises / tes outils d’héroïne : pour la résidence : je reconstruis actuellement une maison délabrée que j’ai achetée, plantée sur un grand terrain. Une partie de cette maison est prévue pour l’accueil futur des auteurs (qui je l’espère viendront de partout !).

Concernant l’écriture, je m’inspire du quotidien (parisien dans mon premier roman, sénégalais pour celui en cours), des gens autour de moi, et j’essaie de me dégager du temps pour écrire.

Le déclic qui a fait que tu as pris ta vie en main : En France, la routine métro-boulot-dodo était assez dure à supporter…

J’ai fait deux voyages au Sénégal en 2013 et 2014, dans la belle région du Sine Saloum plus précisément, en tant que bénévole dans une association. Le premier retour à la réalité a été difficile, donc quelques semaines plus tard, je reprenais un billet d’avion. Au second retour, mon corps s’est exprimé à travers une belle crise d’urticaire… Je me suis donc dit que mon penchant pour le Sénégal, pour l’Afrique, avait un réel impact physique et qu’il était peut-être temps de penser à ce qui me plaisait réellement dans la vie.

J’ai donc décidé de partir vivre là-bas en 2014, à 26 ans.

Ce qui a changé dans ta vie à partir de ce déclic : Je fais aujourd’hui un métier que j’adore, celui de relectrice-correctrice, mais qui m’avait pourtant été déconseillé par les conseillers d’orientation pour manque de débouchés et difficulté d’insertion…

Aujourd’hui, après trois ans à Dakar, temps (ou sacrifice) nécessaire pour monter mon activité de correctrice freelance, j’ai une vie qui me convient, je vis à mon rythme, sous le soleil sénégalais, dans un petit village dynamique. Ma profession me permet d’apprendre chaque jour grâce aux ouvrages que je corrige, d’en découvrir davantage sur ce pays, de découvrir des auteurs locaux et d’évoluer dans un milieu enrichissant culturellement et intellectuellement parlant.

Où te trouver : Page Facebook ; site internet

 

Un message pour nos héroïnes en devenir ?

Réfléchissez à ce que vous avez réellement envie de faire, et n’hésitez pas à vous lancer. Lorsque je discute avec certaines femmes qui se posent des questions le changement de vie, le principal frein est la peur de l’échec et de l’inconnu.

Ayez confiance en vous ! Un projet se prépare en amont. En toute logique, vous ne partez pas la fleur au fusil dans l’optique de construire une vie ailleurs. Il faut aussi être flexible, créatif, savoir s’adapter et anticiper. Plus simplement, assurez vos arrières un minimum, au préalable, et vous aurez moins peur de vous lancer !

L’inconnu… Quel formidable stimulant que l’inconnu ! Il nous pousse à être curieux, à sortir de notre zone de confort et à aller de l’avant, à découvrir chaque jour. Pour ma part, je suis partie du principe que si les gens peuvent bien vivre ailleurs, moi aussi. Je ne débarque pas en milieu aride, désertique, hostile… J’ai choisi ce pays car je l’aime et je veux m’y sentir bien. N’ayez pas peur de l’inconnu, mais ouvrez-vous à lui !

Dernière chose pour celles chez qui la peur est bien ancrée : vous n’êtes pas prisonnières, n’oubliez pas qu’un retour est toujours possible, aussi bien pour se ressourcer quelque temps en famille que pour rentrer…

INSCRIPTION A LA NEWSLETTER

  • Noir Icône Instagram

© 2023 by Salt & Pepper. Proudly created with Wix.com

Envoie-nous un petit mot doux 

Un énoooorme merci à toutes celles et ceux qui ont contribué de près ou de loin à la réalisation de ce site 

Pauline Marichy @ Les Nouvelles Héroïnes | 2019 | Tous droits réservés | Illustrations Marine LeRouillé