Juliana, créatrice de costumes sur-mesure et nounou d'enfer : "J’apprends à être exigeante envers moi-même, tout en étant à l’écoute de mes besoins. Pas si simple, mais ça vaut vraiment le coup."

Prénom : Juliana

Âge : 28 ans

Ton super-pouvoir : La créativité

Tes passions : La randonnée, la couture, les jeux vidéos, la fabrication de trucs et de machins...

Ton rêve / objectif de vie : Récemment, un de mes objectifs de vie s’est réalisé : je suis devenue Résidente Permanente du Canada. Ça a été long et périlleux comme aventure, mais ça y est, c’est pour de vrai! Et maintenant que c’est fait, je me trouve plein de nouveaux projets.

Si on parle carrière, dans l’idéal, j’aimerai continuer mon travail actuel (je suis éducatrice petite enfance) parce que j’aime vraiment beaucoup ce que je fais. Je me mettrai à temps partiel pour pouvoir me consacrer à mon deuxième travail, la création de costumes de film.

Si on parle vie privée, j’aimerai me sentir à nouveau en forme, en santé. C’est pas toujours évident avec une maladie chronique.

Ah et puis j’aimerai écrire un livre, ou un roman graphique. Et monter un podcast aussi. Et faire un pvt en Nouvelle Zélande. Et retourner vivre à la campagne un peu...  Et voyager. Beaucoup.

Comment tu le concrétises / tes outils d’héroïne : En ce moment, je suis en train de m’équiper pour pouvoir produire les costumes que je veux réaliser. Je me renseigne tous les jours sur différentes techniques, ça peut aller de la couture à la construction, en passant par la programmation de lampes à LED, la modélisation 3D et qu’est-ce qui est la meilleure colle à appliquer entre la mousse EVA et le faux cuir…. Par exemple ! Ce qui est bien, c’est que c’est très large comme domaine, et je veux savoir tout faire toute seule.

Du côté santé, j’essaye de faire attention à ce que je mange, de bien prendre mes médicaments (ça paraît bête dit comme ça, mais c’est une habitude à prendre), de faire du sport…

Et pour le reste, je me renseigne, je rêve, je fais des plans sur la comète… Je me laisse inspirer par les films et les séries que je regarde, les livres que je lis, la nature autour de moi, les jeux auxquels je joue, les gens que je rencontre, les artistes et créateurs que je suis sur les réseaux sociaux, etc.

Le déclic qui a fait que tu as pris ta vie en main : En Février 2018, j’ai été diagnostiquée d’un cancer. Après opération, traitement, différents dosages de médicaments… je vois la vie différemment. J’ai l’impression d’avoir pris 10 ans en l’espace de 18 mois. Ça m’a pris du temps pour me sentir à nouveau moi-même. J’ai perdu beaucoup de poids, je ne peux plus faire autant de choses qu’avant, je me fatigue vite.. Mais je me dis que je reviens de loin, et que tout va en s’améliorant. Presque 2 ans après, je sens enfin que ma vie recommence et j’ai l’intention de rattraper le temps perdu et de prendre mieux soin de moi.

Ce qui a changé dans ta vie à partir de ce déclic : Je ne sais pas si j’ai “pris ma vie en main”, c’est un peu un combat de tous les jours, parce que c’est plus facile de rester chez moi à dormir que de me lever tôt le matin pour aller courir. Maintenant, je dis oui à beaucoup plus de choses. Je vais plus vers les gens, je suis plus active, tout en respectant mes capacités et mon rythme. C’est un équilibre qui n’est pas évident à maintenir, mais quand je suis dans l’excès (trop d’action ou trop d’inactivité), ma santé mentale s’en ressent tout de suite, et ensuite, c’est ma santé physique qui prend. J’apprends à être exigeante envers moi-même, tout en étant à l’écoute de mes besoins. Pas si simple, mais ça vaut vraiment le coup.

Où te trouver : Principalement sur instagram, @vaguelyfrench, où je poste les choses que je crée. Il n'y a pas grand chose dessus pour le moment, je viens de m’installer et je démarre, mais j’adore ajouter au fur et à mesure de mes projets.

 

Un message pour nos héroïnes en devenir ?La vie est vraiment courte. C’est un cliché, mais on ne s’en rend jamais autant compte que quand on est confronté jeune à notre propre mortalité. Je suis quelqu'un qui a toujours été très anxieuse. Démotivée par la peur. La peur de décevoir, d’être déçue, d’être trahie, d’être blessée, d’échouer dans quelque chose qui me tient à cœur… C’est pas une façon de vivre. J’ai fait, je fais et je pense que j’aurai toujours à faire un gros travail sur moi pour surmonter cette peur qui me noue l’estomac. Je n’aime pas l’expression “me faire violence”, parce que je trouve que c’est plus violent de me priver de nouvelles expérience parce que la peur me paralyse, que de sortir de ma zone de confort et me rendre compte qu’en fait, c’était pas si pire. Je préfère dire que je fais des efforts, parce que c’est éprouvant de dire oui, de sortir, d’être vulnérable dans un monde où tout nous dit qu’il faut être fort, de prendre sur soi, d’encaisser coup sur coup… mais il faut se lancer, il faut essayer, et il faut échouer des fois. C’est ce que j’essaye de faire en tout cas, justement parce que la vie est courte et que j’ai envie de vivre.

INSCRIPTION A LA NEWSLETTER

  • Noir Icône Instagram

© 2023 by Salt & Pepper. Proudly created with Wix.com

Envoie-nous un petit mot doux 

Un énoooorme merci à toutes celles et ceux qui ont contribué de près ou de loin à la réalisation de ce site 

Pauline Marichy @ Les Nouvelles Héroïnes | 2019 | Tous droits réservés | Illustrations Marine LeRouillé